Lester et rempoter une plante artificielle

Contrairement aux plantes naturelles, les plantes artificielles n'ont pas de racines pour garantir leur stabilité. Pour pallier à ce problème, la plupart des plantes artificielles que nous commercialisons sont fixées dans un pot simple légèrement lesté afin de ne pas les fragiliser ou les casser pendant leur transport. Malheureusement, cela est insuffisant pour les plantes les plus grandes qui nécessitent plus de stabilité. Nous vous donnons quelques astuces pour que alourdir et stabiliser vos plantes artificielles.

Lester une plante artificielle : pour l’intérieur ou pour l’extérieur ?

Il est légitime de se poser cette question puisque selon l’exposition finale de la plante artificielle, la solution choisie ne sera sans doute pas la même. Sachant que le pot est déjà lesté, il faudra faire attention à ne pas trop surcharger pour garder l’avantage de la plante artificielle à savoir sa transportabilité. En effet, l’avantage de ces plantes décoratives d’intérieur ou d’extérieur c’est bien de pouvoir les déplacer au gré des saisons et de votre souhait décoratif. On doit garder à l’esprit trois thèmes essentiels :  le rempotage, l’esthétique et le transport.

Plante artificielle lestée dans du béton

La plupart des cache-pots sont adaptés mais certains matériaux sont plus lourds que d'autres. La céramique ou la fibre de verre sont plus lourds que le plastique et garantissent en conséquence une meilleure stabilité. Pour l'intérieur, les cache-pots en plastique sont suffisants.

Rempotage d'une plante artificielle d'intérieur

Pour l'intérieur, la meilleure option consiste à placer la plante artificielle dans un cache-pot ou un pot plus grand et de le recouvrir de galets, de pouzzolane ou autre éléments décoratifs. L’avantage de cette solution est la rapidité de mise en œuvre.

  1. Choisissez l’endroit ou vous souhaitez disposer la plante.
  2. Dégagez l’espace autour afin de faciliter l’opération de rempotage.
  3. Disposez votre pot à l’endroit choisi et centrez la plante dans le pot. Positionnez le pot sur un support à roulette si vous souhaitez déplacer ultérieurement votre plante artificielle.
  4. Remplir le pot de billes d’argiles par exemple en veillant à bien garder la verticalité de la plante. Pour ce faire vous pouvez vérifier la verticalité en observant le port général de la plante par rapport à un angle de mur ou une arête de porte.
  5. Recouvrir la surface d’un petit lit d’écorce de bois ou de terreau pour parfaire le réalisme. 
  6. Réaménagez votre espace autour de la plante.

La plupart des cache-pots sont adaptés mais certains matériaux sont plus lourds que d'autres. La céramique ou la fibre de verre sont plus lourds que le plastique et garantissent en conséquence une meilleure stabilité. Pour l'intérieur, les pots en plastique peuvent être suffisants. D’une manière générale un pot rempli de galets ou autres cailloux reste lourd et difficile à déplacer mais la possibilité de vider le pot de ses cailloux rend la tâche du déplacement plus aisée.

Rempotage d'une plante artificielle d'extérieur

Sans entrer dans un cours complexe sur les lois de la physique, il faut retenir que plus le centre de gravité d’une plante sera bas, meilleure sera sa stabilité. Le principe sera donc d’abaisser le centre de gravité de la plante artificielle en alourdissant sa base ou en la fixant ! Mais avant toute chose, il faut veiller à ce que la plante soit traitée anti-UV ou prévue pour l'extérieur, afin de résister aux agressions atmosphériques.

Première solution : terrasses et balcons

Le mode opératoire est le même que pour le rempotage d’une plante en intérieur. Pour une terrasse ou un balcon, il est préférable de placer la plante artificielle dans un pot en pierre ou dans une jardinière et de recouvrir l'ensemble de terre, de sable ou de galets pour la stabilité et la résistance au vent.

Deuxième solution : dans le jardin

Pour les arbustes de grandes dimensions qui ont une forte prise au vent, le mieux est de procéder comme pour une vraie plante. Prévoyez un pot en plastique assez profond pour y introduire la plante afin de pouvoir la mettre en terre.

  1. Creusez un trou d’environ de la hauteur du pot qui accueillera la plante artificielle.
  2. Mettre le pot à l’intérieur du trou, comblez les espaces autour du pot avec de la terre et tassez bien pour immobiliser le pot et fixer la plante.
  3. Introduisez votre plante en son centre et calez là avec de gros cailloux au fond du pot.
  4. Remplissez avec des galets (évitez les billes d’argile trop légères) en vérifiant la verticalité de l’ensemble. Pour vous aider dans cette tâche, la verticalité sera contrôlée avec la celle représentée par l’arête d’une maison ou autre bâtiment aux alentours.
  5. Recouvrir d’une couche de finition avec des copeaux de bois ou du paillis. Evitez de recouvrir de terre afin d’empêcher la pousse de brins d’herbe au pied.

Le piège à éviter :

Le bétonnage ou le cimentage du pied peut être une solution mais il faut faire attention au poids de l’ensemble. Un pot en plastique de 5 litres rempli de ciment pèse plus de 10 kg ! Les restaurants et les hôtels peuvent avoir un intérêt de se protéger contre le vol de leur décoration extérieure exposée sur le trottoir, mais le cimentage est à éviter à cause du poids et de l’impossibilité de changer de pot ou de contenant par la suite. Par ailleurs, cette opération est une manipulation délicate dans la mesure où le ciment est très salissant et corrosif. Il vous faudra impérativement nettoyer les feuilles une à une. La préparation est longue et fastidieuse et il vous faudra maintenir la verticalité de la plante pendant le temps de séchage. Pour finir, une plante artificielle ayant reçu un complément de ciment au pied présente le risque d’être cassée pendant son transport.

L’esthétique : embellir le pot de la plante artificielle

Il existe un vaste choix de solutions pour parfaire la décoration de votre plante et créer l’illusion du naturel en garnissant la surface du pot avec des éléments décoratifs. Nous vous en proposons une liste ci-après, vous ne manquerez certainement pas d’idées pour la compléter :

  • Les écorces de bois
  • Les galets reconstitués ou naturels
  • Les petits cailloux blancs
  • Les billes d’argile
  • Les billes de verre
  • La pouzzolane
  • Le paillis
  • La mousse verte artificielle
  • La toile de jute
  • Le lit de noix de coco pilé
  • La toile en fibre de coco
  • Les écorces de fève de cacao
  • La paille
  • La terre
  • L’ardoise pilée
  • La plaque artificielle qui sera coupée à la forme du pot

Transporter une plante artificielle lestée

Lester une plante est d’autant plus facile à mettre en œuvre qu’il est facile de délester une plante pour son transport, c’est une question de bon sens. C’est pourquoi il faut, sauf exception, éviter les solutions définitives qui consistent à figer la plante artificielle dans son lest sous peine de casser la plante (ou votre dos !) lors de son déplacement. D’une manière générale un pot large à sa base aura plus de stabilité qu’un pot très haut. Pour les pots très hauts, alourdissez le bas du pot et ajoutez par-dessus des éléments légers tels que de la mousse verte pour piquer des plantes ou des écorces de bois. Evitez également de coller les plantes dans le pot de façon définitive que ce soit avec de la colle mappa ou de la mousse expansive car une fois collée la plante sera irrécupérable pour un autre rempotage !

Publié dans Mes conseils pratiques par Pauline le